Le savoir est une arme

Une polémique sur la façon de commémorer (ou non) un dirigeant français historique.
Un personnage à la destinée hors du commun, et pourtant humain trop humain, bourré de contradictions.
Une épopée européenne, de Paris à Moscou.

Et enfin et surtout, une histoire aux accents intimes pour tous les enfants des familles corses.

Vraiment Napoléon Bonaparte avait tout pour m’inspirer, 200 ans après sa mort !

Mon père et l’empereur

J’ai toujours été intrigué par ce buste de Napoléon au sein de la maison familiale de Cap d’Aïl. Il trône au pied de l’escalier. Chaque année, fidèle au poste, je le retrouvais au même endroit. Comme un repère intangible qui traverse mon enfance.

Je me souviens aussi de mon oncle qui s’extasiait sur Napoléon, son héros.

Les soldats avaient une vie insignifiante avant de s’engager.
Mais quand ils mourraient, ils criaient « Vive l’empereur ! » et leur vie prenait enfin un sens …

Bon c’est peut-être dur à saisir de l’extérieur, mais quand on connait Jean-Max Helson, son pedigree et son côté illuminé, tout s’explique.

Hommage à mon oncle sur FB

C’est un fait, je descends d’une famille d’origine corse pour laquelle Napoléon est un grand Homme. A partir de là, on se pose la question de comment définir par soi-même la vérité. Comment évaluer les évènements avec son propre regard critique ? Sans être influencé par son environnement.

La liberté d’esprit n’est pas seulement un sujet d’intérêt pour moi. C’est l’alpha et l’omega d’une vie épanouie.

Quand je parle d’obsession, ce n’est pas un vain mot.
La capacité à exercer son esprit critique est vitale à mon sens.
A tel point que c’est l’un des objectifs que je ne voulais absolument pas rater dans l’éducation de mes enfants. Dès qu’ils ont été en âge de parler et communiquer, j’ai pris l’habitude de leur raconter des mensonges ENORMES, des trucs vraiment pas croyables même pour un gamin de 4 ans.

J’observai avec intérêt le scepticisme s’afficher sur leur frimousse.

– Tu dis n’im-por-teuh-quoi papa, c’est pas vrai.
– Mais si c’est vrai, tu sais bien que ton père ne ment jamais, ma chérie

Voilà une première leçon intéressante dans la vie : si mon papa peut me mentir alors tout le monde peut mentir.

Le but n’était pas d’élever de parfaits petits sceptiques qui viendraient grossir les rangs des complotistes de tous poils. Si c’était le cas, je me serai bien planté.

Non, l’idée était de les rendre libres et autonomes par l’amour de la connaissance.
En même temps, je ne sais pas si la stratégie a réussi, l’expérience est toujours en cours et pour des années encore !

Enfant exaspéré par les salades de son père

Dans cette perspective, l’étude de Napoléon deux siècles après sa mort est intéressante.
D’un côté donc, le bilan effroyable de ses guerres rend le personnage odieux et c’est légitime.
Et de l’autre, on reste fasciné par sa capacité d’action et son héritage politique.

J’ai bien aimé le discours du président Macron. Habilement il a trouvé le ton juste entre la légende noire et la légende dorée de l’empereur.

Et j’approuve entièrement la conclusion.
« Peuple de France, jugez par vous-même l’action de Napoléon Bonaparte. Mais pour cela, il faut connaitre l’Histoire. »
Quand il s’agit de promouvoir la connaissance et l’esprit critique, nous sommes d’accord Monsieur le président.

Je ne sais pas si je me droitise avec l’âge ou si mon appréhension du réel devient plus complète.
Pendant de nombreuses années, c’était l’aversion pour un dictateur qui dominait mon interprétation de Napoléon Bonaparte.
Pour résumer, j’étais plus sensible au cri de rage de Goya qu’à l’admiration romantique de mon oncle.

C’est surtout « La croix » qui m’a marqué, une nouvelle grinçante de Stefan Zweig sur le destin tragique d’un officier de l’armée de Napoléon. Je n’ai jamais lu d’ode à la paix aussi bouleversante.

El Tres de Mayo de 1808, Francisco Goya (1814)

Le point de bascule de mon analyse de l’homme au bicorne est en fait très récent.
C’est en écoutant l’excellent podcast de France Inter que mon opinion est devenue plus large et plus précise.

https://www.franceinter.fr/emissions/napoleon-l-homme-qui-ne-meurt-jamais

Napoléon, l’homme qui ne meurt jamais

Attention, belle ouvrage !
Pour commencer l’approche thématique est tout à fait pertinente. Dans chaque podcast, un axe unique d’approche est utilisé pour décrire la vie de Napoléon.
Avec un sujet aussi protéiforme, on aurait vite fait de se perdre sans ce découpage.

Ensuite la réalisation est vraiment aux petits oignons. Les intervenants sont variés et intéressants. Il y a beaucoup de rythme et en même temps on suit facilement : les propos sont courts et bien agencés entre eux. De plus l’habillage musical est très élégant.

Pour finir le montage aussi fait des merveilles. De nombreux extraits d’œuvres cinématographiques donnent de la chair aux émissions, en faisant revivre les personnages historiques de cette saga.
Ah la joie d’entendre les voix truculentes de Sacha Guitry ou Pierre Brasseur !

J’ai donc trouvé une manière divertissante de m’instruire sur une page essentielle de l’histoire de France.

Se forger sa propre opinion, à la lumière de la connaissance des faits, tout un programme !

Partage: